Salut Bunny... (2012-03-11)
11 mars, décès de Claude François.
A l’heure ou les médias évoquent l’Artiste, nous songeons à celui qui fût le dernier de ses batteurs à l’accompagner en Public, Bunny Rizzitelli.
Il sera d'ailleurs, me racontait-il un jour, l’un des premiers proches autoriser à rejoindre Claude au dernier étage du 46 du Boulevard Exelmans le jour du drame.

A son tour, le lundi 3 mai 2010, Bunny nous quittait.
Ses obsèques se déroulaient le vendredi 7 mai.
Ce mec vraiment pas comme les autres repose aujourd’hui au cimetière de Valence dans la Drôme (avenue de Romans).
Bunny se trouve dans la section 9 (au bout de l'allée Genas).

Nous souhaitions rediffuser cet hommage le 15 janvier dernier, date de ton Anniversaire, mais je trouve cette date du 11 mars pas si mal, l’occasion par de nouvelles photos et videos de te souhaiter une…

Joyeuses Pâques ma biche !




Tout d'abord, ce 11 mars, quelques mots,
ceux de Tommy Rizzitelli son fils.



Grâce à Bunny, j’ai eu la chance d’avoir grandi dans un univers musical hyper vaste et ouvert, d’avoir touché une batterie dès mon plus jeune âge, d’avoir pu suivre mon chemin avec de supers conseils, d’avoir cette passion pour le son et les carrosseries de ces belles italiennes mais surtout d’avoir eu comme Papa un mec vraiment pas comme les autres.

C’était un mec avec un coeur en or qui se démenait vraiment pour nous et qui tenait toujours ses promesses !

En se marrant, il nous demandait, à ma soeur et à moi, s’il nous manquerait quand il partirait, et surtout si on allait se marrer en pensant à lui...
Je peux répondre un énorme oui avec un grand sourire.

Il a laissé un vide immense impossible à combler pour moi.
Alors j’apprends à avancer avec.
En tout cas, j’ai un plaisir indéfinissable à jouer de la batterie et à lui rendre hommage à chaque coup de caisse claire bien cognée dans la règle de son art !

Vous trouverez à la suite de ce mot, le titre 'Such a Good Friend' de Thierry Matioszek sur l'album 'Rainy night in Clichy' enregistré en 1979 à Ferber avec son ami Didier Batard à la basse & Michel Ettori à la guitare.

C’est un grand souvenir pour moi lorsqu’il m’a fait écouter ce titre sur son ordi en me disant simplement : Tiens, écoute ça !.

Je ne me lasse jamais de l’entendre, j’y retrouve le jeu typique de Bunny et pour moi c’était un père mais aussi ‘such a good friend’ qui je le sais, s’éclate à merveille la haut !

Je vous remercie tous du fond du coeur pour vos messages,
vos coups de fil, vos anecdotes et vos sourires.


Tommy Rizzitelli











Tous ceux qui ont connu un jour Roger Rizzitelli alias Bunny au dehors d’une scène ont certainement en apprenant son décès, traversé une phase de déni.
Mais le retour à la réalité est tristement, bien présent.
Alors il nous reste à chacun, le timbre de sa Voix, son rire, ses emportements ou son attitude de 'grand enfant' et surtout un cœur énorme qu’il savait ouvrir, pour nous recevoir.
’Bunny’, c'était autant d’histoires et de vécus différents, qu'il y aura eu de rencontres mais avec toutes, un point commun : sa main sur le coeur.

Le jour de ces obsèques, ce vendredi 7 mai au Funérarium de Grammont à Montpellier, beaucoup avait dans la tête cette phrase de 'Bunny' :

'Faites péter le Champagne quand je m'en irai !'


Rassures-toi 'Bunny', la musique et le champagne était bien là de même que les messages touchants de tes enfants, Julie & Tommy.




Et puis c'est drôle, dessous le panneau indicateur de ce lieu au moment de tourner à gauche juste après le rond-point, se trouvait en dessous un autre panneau avec dessus indiqué 'Concert'...
Peut-être un signe !

En effet, nous pouvons déjà l'annoncer, avec Gilles Pellegrini, un Concert à ton Honneur sera organisé après la période estivale et déjà beaucoup de tes 'pots' s'y sont engagés, comme Christian Delagrange, Phil Barney, Michel Torelli ou bien encore Phil de la 'Baguetterie'...

De notre côté, nous continuerons à actualiser cet article en fonction de nos trouvailles mais aussi de vos témoignages, car ce n'est pas seulement ta carrière Artistique qui nous a marqué à 'Orchestres.net', mais aussi, à l'exception de tes excès et ça tu le savais, ce sont tes Valeurs, qui nous manquerons.

Hommage actualisé le 10 mars 2012

Dernière actualisation :

- Vidéo & photo de la tournée en Russie avec le groupe Space et Didier Marouani en 1983
- Photos d'ouverture et en accompagnement de William Sheller
- Vidéo Olympia 2002 avec Christophe


EN GUISE D'INTRODUCTION …


Il y a pour chacun d'entre nous, dans un parcours, qu’il soit humain, familial, professionnel, artistique, etc, quelques personnes qui nous marquent profondément.
Après René Coll, pour ‘Orchestres.net’, Bunny entre dans ce cercle.

Voici pourquoi nous souhaitions partager son parcours, souvent inspiré par 'Jérôme' à l'occasion d'un article intitulé 'En attendant Jarre' publié en février 2010, mais aussi en forme d'hommage car il sera régulièrement entrecoupé de témoignages qui nous sont parvenus ces derniers jours.

C'est en tout cas notre façon, de traduire du mieux possible un nombre d'heures incalculables passés au téléphone avec ce personnage, une navigation incessante entre l'image qu'il aimait enrichir et la sensibilité de l'Homme, que j'ai appris à découvrir.


Mon premier souvenir remonte lorsque j’avais 12 ans, à l’occasion de l’achat au ‘Prisunic’ d’un 45 Tours à la pochette rose, que longtemps je vais ensuite écouter en boucle.

Il ne s’agissait pas du titre phare du groupe Space Art dont les créateurs se nommaient Dominique Perrier et Roger Rizzitelli, mais des titres Speedway (à découvrir en vidéo en cliquant sur le titre) ou encore ’Odyssée’, musique ascendante qui résonne encore dans ma tête avec cette pochette devant mes yeux au moment de transcrire ces lignes.

La pochette ainsi que l'idée des masques afin d'accentuer la discrétion lors des prestations en Public, sera suggérer par Jean-Pierre Ringard (un pseudo !)


C'est bien plus tard, un jour de 2005, que ’Bunny’ entre directement dans ma vie et celle au départ du site.
A l’origine, la diffusion d'une annonce au nom de BUNNY aka RizZO que nous présentons en l’état :

’ SALUT A TOUS – Batteur –trip / pop rock & variété expérience dans le bal recherche emploi. Libre de suite.’


Ce nom, 'RizZO' résonne. Je vais très vite le mettre en corrélation avec ce fameux 45 tours.

Quelques jours plus tard, j’entends pour la première fois cette voix inoubliable avec la surprise de trouver derrière l’homme jovial, un grand timide, osant à peine parler de lui.

Nous ne le savions pas tous les 2 à cet instant, mais tu venais de nouveau de mettre un pied dans le Bal.

Ce sera alors la diffusion des premières évocations de son parcours sur ‘Orchestres.net’ dont suivra très vite, les premières réactions en retour à l'image de ce courriel reçu en novembre 2005 suite à un Article consacré totalement à l'univers de ’Space Art’ .

Faute d'avoir pu joindre ces derniers jours l’auteur de ce texte, Mathieu 'Alkama' aujourd’hui âgé de 31 ans qui lui même, à l’âge de 6 ans, se trouvait envoûté par la musique de ’Onyx’, nous souhaitions vous offrir ce passage…

A découvrir en cliquant Ici…



SES DEBUTS …



Dès l’âge de 6 ans, le petit Roger se montre dans la maison familiale de Grenoble particulièrement bruyant tapant d'abord sur le buffet sans oublier l'état du divan...
Puis à 12 ans, son oncle lui offrira alors sa première caisse claire, une Ludwig Le temps s'écoule et après avoir quitté l’école à 14 ans, c’est comme mécano qu’il entre dans le garage de moto de Victor Diafferia.
Ce dernier entends dans son garage, surtout des bruits de fond qui oscillent dès que ’Roger’ rencontre une partie métallique…
Lorsque 'Bunny' est envoyé par son patron à Grenoble pour chercher des pièces, ce dernier revient toujours tardivement, restant des heures dans le magasin 'Michel Musique'

Cela conduira ce patron à pousser le père de ’Bunny’ à faire l’acquisition d’une véritable Batterie…

Comme le décrit très bien Jérôme dans l’article que nous citions en introduction, après avoir essayé un modèle de base, moins cher, le vendeur épaté par le jeune talent, encouragera son père à acheter un meilleur produit.
Ce sera en fait une 'Rogers', pour son prénom...
Victor Diafferia financera la différence !.


Quelques mots de Jérôme Cassou le jeudi 13 mai...


Je suis le mystérieux ‘Jérôme’ qui ait fait l'article du blog ’’.
Je viens d'apprendre la nouvelle.
C'est le choc !
Je suis un fan de JM Jarre, et j'avais toujours été frustré du manque d'infos disponibles sur Bunny qui avait accompagné JMJ en Chine en 1981.
D'où l'idée d'un article sur lui...

En cherchant sur le net, j'ai trouvé son site et une adresse email...
J'ai tenté ma chance, et quelle ne fut pas ma surprise de trouver une réponse le lendemain avec ses numéros de tel. perso.
J'ai appelé, on s'est donné rendez-vous pour un interview téléphonique entre deux séances studio, et voilà...

J'ai été très surpris par sa disponibilité, par son intérêt...
Il insistait beaucoup pour que je cite certaines personnes, dont le patron de l'atelier de mécanique qui lui avait payé sa première batterie.

Il m'avait évoqué son vœu de reformer ’Space Art ‘ avec Dominique Perrier lors du concert de Jarre à Bercy en mars dernier.
Perrier, il en parlait comme de son frère.
Ca ne s'est pas fait...

Il avait été très content de l'article.
Je crois que ça lui avait fait plaisir ce petit retour en arrière...
Quand je le lui ai fait voir avant publication, il a encore tapé lui même quelques trucs, des détails, des noms de gens...

Merci encore Bunny !
Salut l'artiste !

Jérôme Cassou




Ce sera ensuite en autodidacte qu'il découvrira cet instrument, car il n'y a seulement que 2 années en arrière environ qu'il s'attaquera au solfège, me relatant régulièrement avec fierté sa progression !



DES RENCONTRES PRIMORDIALES …



LA RENCONTRE avec Gilles Pellegrini…

1969, sur les conseils de son frère Laurent, Roger est présenté à Gilles Pellegrini qui vient tout juste de s’installer à Grenoble après avoir dirigé la section cuivres de Johnny Hallyday.
Gilles, créateur du groupe ’The Stew’ avec les chanteurs noirs Américains ’Dave & J .J’, l’engage sur le pied en remplacement de René Guérin appelé pour l’armée.

Roger Rizzitelli à alors 18 ans.

Il réalisera cette première prestation au Sporting Club de Monaco ou la formation de Gilles évolue en 1ère partie de l’orchestre de Aimé Barelli

Et quels souvenirs de cette soirée !

Entre une 'châtaigne' suite à un contact électrique avec un micro au moment de monter en scène qui lui vaudra quelques minutes d’évanouissement et en fin de soirée, quelques réprimandes de Gilles sur l’attitude à tenir devant les Princes, Roger Rizzetelli forge ses premières expériences.

Puis en 1970, alors que Gilles effectue sa 1ère saison avec son orchestre, il revient dans la formation.
Certains d'entre vous gardent encore peut-être en mémoire cette année là, le solo des 2 batteurs d'une durée de 20 '...
Il s'agissait de Michel Torelli et de ’Bunny’

Il va alors se lier d’amitié avec le chanteur-bassiste de l'orchestre Robert Fitoussi, qui deviendra par la suite FR David ou l'on retrouvait aussi le guitariste Yves Chouard (Daniel Balavoine, Little Bob, Renaud…).

’Bunny’ adorait me raconter diverses anecdotes comme celle que vient d’ailleurs de me rappeler cette semaine Gilles lorsque au cours d’un passages de l'orchestre au Mac One à Turin, le Public se mit à scander une chanson : 'Maria Luisa'.
Personne ne savait dans l'orchestre et encore moins ’FR David’ présent, que sa chanson, paraissant sur une face B en France, était classée à la 2ème place du Hit Parade Italien...

’Bunny’ et ’Robert Fitoussi’ alias ‘FR David’ projetteront au cours de cette tournée le montage d'un groupe : Ragga produit par Robert et sortent un petit tube : ’Les patins à roulette…’

Plus tard, en 1982, ils se retrouveront à l’occasion d’un nouveau projet musical, ’Bunny’ accompagnement à la batterie ce titre qui deviendra un méga tube : Words.

Souvenir de ce jour d'octobre 2006, ou ’Bunny’ me demandera d’entrer en contact avec FR DAVID, pour qui, il gardait une forte estime :

’Putain, fais-moi plaisir, fais un bel Article à Robert, il le mérite et je l’Adore’


Il en sortira quelques semaines plus tard cet article consacré à Robert Fitoussi, alias FR David,

à découvrir en cliquant Ici…




Quelques mots de FR David ce mercredi 5 mai...


’ Le jeune garçon que je vis pour la 1ere fois dans les années 70, au ’Drag West’ de Grenoble lors d'une audition pour former le nouveau groupe de Gilles Pellegrini, était curieux de tout, ne connaissait pas de frein et commençait toute phrase par un petit rire…
Il s'appelait Roger, mais préférait déjà Bunny.

Il s'impliquait à fond et en redemandait.
Je lui avais fait découvrir les arrangements d'un disque d'Elton John, il l'a écouté jusqu'à l'usure et son talent de musicien grandissait en même temps.
J'avais l'impression d'être son guide pendant un temps, il posait mille questions.

On s'est revu après l'épisode ‘Grenoble’, et j'ai produit le groupe Ragga dont il était le batteur.
Ensuite, il a rencontré le chanteur Christophe puis Jean Michel Jarre.
Il a joué sur mes enregistrements (’Words’ entre autres), a créé Space art avec D. Perrier.
Une belle trajectoire !

Je ne l'avais pas beaucoup au téléphone ces dernières années jusqu'à quelques heures avant sa disparition…
Si j'avais senti qu'il allait déconner, je l'aurais consolé, mais je n'ai rien vu venir.

Bunny, tu vas me manquer : ta bonne humeur, ton optimisme et ta chaleur, mais tu resteras dans mes pensées et ma musique pour toujours.'


FR David




Oh combien elle fût belle cette période pour 'Bunny', faisant partie intégrante de ses racines et qu'à aucun moment, il n'a renié à l'image de Noms qu'il me citait régulièrement comme celui de Slim Pezin...

Puis dans une période plus difficile, il reviendra par la suite une saison dans la formation il y a 12 ou 15 ans.

Combien de Noms m’a t’il cité, combien de récits et de rires, ne se lassant pas de ses éternelles histoires comme lorsque avec Gilles, il traversait la France avec les 2 ‘Ford Transit’ rempli de matériel et à 5 dans la 2cv !
’Bunny’, juste une erreur que je n'aurais pas eu le temps de te corriger, c’était une ‘Dyane’ avec un moteur 3cv…


Quelques mots de Gilles Pellegrini ce mercredi 5 mai...


’ BUNNY, tu laisses un grand vide sur Terre, et ta famille et tous tes copains pleurent ton départ prématuré ; ta grosse caisse et ton after- beat monumental à la manière de Phil COLLINS nous manquent déjà,
mais j’espère que tu continueras là-haut,
à rythmer les voix des Anges !...


Gilles Pellegrini




LA RENCONTRE des Italos-Grenoblois…



Et on ne peut évoquer cette période, sans parler de ’Joseph Gataleta’, alias Jo dont ’Bunny’ me parlait souvent.
Il faisait parti de ces ’Italio Grenoblois’ du quartier St Laurent de Grenoble ou à cette époque, l’entraide était énorme !

Issu de villages de la région des Pouilles près de Bari, Jo était de Corato et Bunny dans un village distant de 5 kilomètres environ.

Se retrouvant à Grenoble, vers l’âge de 14 ans, la Musique réunira très vite ces copains pour les transporter dans de belles aventures Musicales mais aussi, souvenir des 1ères galères avec pour tout bagage, l’insouciance de leurs 20 ans.


Quelques mots de Jo Gataleta ce lundi 10 mai...


' Que des bons moments que nous n'avons jamais oublié, car ’Bunny’ était fidèle en amitié et pendant 40 ans nous avons toujours gardé le contact.
Il m'a souhaité mon anniversaire il y a peu de temps en me disant ’tout baigne Jojo’, tu parles !

Et puis il y a cette photo très importante pour moi avec mes supers batteurs et amis de trés longue date : Bunny, Dino Lattore (décédé peu de temps après cette photo) et dans le fond Michel Torelli…

Un grand Seigneur qu’était Bunny…'


Jo Gataleta




La photo qu’évoque Jo, le jour de l’Anniversaire de Gilles.


On retrouve à côté de Bunny, Dino Lattore (C. François, Chef d’orchestre du Moulin Rouge)et en arrière plan Michel Torelli (Débutant à l’âge de 11 ans avec les ‘Daems Boys’ jusqu’à Christian Mille…)
Dino sera victime 3 mois plus tard d’un accident de scooter.


Jo fût le 1er bassiste de ’Gilles Pellegrini’ poursuivant leurs routes communes notamment au moment ou ’Bunny’ et Daniel Fratini (plus tard dans les années 80 à la Direction de l’orchestre de Carlos) avait rejoint le groupe de Bal Jewels pour quelques mois dans l’attente de retourner à Paris.

Nous les retrouvons ici en 1973, lors d’une Aubade à Dignes les Bains ou il fallait monter le minimum de matos…



Avec Jo à la trompette et Jean-Claude Escolano au sax…


Avec Daniel Fratini à la guitare et Jo à la trompette…



Jo qui depuis a accompagné Fr David, André Verchuren, Christian Delagrange ou jouant avec Pierre Porte (Jacques Martin), réside aujourd’hui à Strabourg et nous savons combien il a été affecté.

On lui doit aussi la fameuse ‘DW’ venue des Usa, importé par son intermédiaire !
Hommage surtout, à une belle Amitié comme ’Bunny’ savait les partager.


LA RENCONTRE avec Mike Brant puis, Christophe…



C’est sous un chapiteau installé à Grenoble que Mike Brant qui se trouve ce soir là accompagné par l’orchestre de Gilles Pellegrini’, remarquera ce jeune batteur.
Il le sollicitera alors pour accomplir sa tournée ainsi que l’Olympia.

L'arrivée à 'Paname' n'est pas toujours facile au point que sa mère inquiéte, lui apportera 2 valises de... pâtes !
Des Pâtes qu'il stockait tous le temps en haut de son armoire en s'écriant avec l'humour qu'on lui connaît :

'Ils peuvent venir les Russes !'


Puis ce sera la rencontre avec Christophe dont il devient le batteur de ses albums cultes du Studio Ferber dont il me parlait très régulièrement à chaque retour de ‘Paname’.

’Bunny’ est en effet intervenu sur tous les albums phares de Christophe dont ’ Les mots bleus ‘ en 1974, ’Samouraï‘ en 1976 mais aussi et pour les concerts historiques à l’Olympia des 26 et 27 novembre 1974 jusqu’au Concert de l’Olympia et les Francofolies de la Rochelle en 2002.



N’oublions pas Les paradis perdus en 1973...
Souvenirs d’un appel de ’Bunny’ lors de la sortie du film ’Quand j’étais chanteur’ avec Gérard Depardieu avec l’orchestre de Alain Chanone.

Tout content, il me crie au téléphone :

Tu regarderas, tu regarderas, je suis dedans au moment ou on voit le concert de Christophe !
.

Désolé ’Bunny’, la séquence était trop rapide !

C’était ça aussi ’Bunny’.
Toujours à fond dans ses émotions et dans son investissement avec une immense part affective qu’il ne cessait de donner à tous ces projets.

Aussi, lorsqu'en 2007/2008, Christophe envisage de repartir en studio et en tournée, ’Bunny’, un court temps va y croire car l'envie d'y participer est intense.
Ce sera l'un de ses regrets.

La veille des obsèques de Bunny, ce 6 mai au soir, le hasard faisait que Christophe se produisait d'une part à Valence et... sans batteur, touché nous le savons aussi, par ta disparition.




LA RENCONTRE avec Dominique Perrier…



1976, les musiciens de Christophe à savoir Dominique Perrier, Roger Rizzitelli, plus Patrice Tison à la guitare, et Didier Batard à la basse, constitue le groupe Bahamas .
Lors des pauses d’enregistrement au Studio Ferber, Dominique & Bunny profitent alors des instruments pour produire de la musique Electronique…

Arp Odyssey, Eminent, Mellotron et orgue Hammond avec les percussions du studio permettent de réaliser en 15 jours, un album dont le nom Space Art est inspiré d’un train fantôme allemand vu par ’Bunny’ à la foire du Trône.

Il en sortira le tube ’Onyx’ suivi de 2 autres dont le préféré de ’Bunny’, ’ Trip In The Head Center’ en 1978 dans lequel il glisse un sample à l’envers d’une dépêche annonçant l’assassinat de Baader de la Faction Armée Rouge.

2,8 millions d’album seront vendus avec la particularité de jouer sous les fameux scaphandres pour leurs apparitions publiques.

Puis, après le troisième opus ’Play Back’ l’aventure s’arrêtera.



Quelques mots de Dominique Perrier ce jeudi 6 mai...


' Un batteur plein de verve et de joie, un enthousiasme débordant qui a fait danser des foules, et une amitié sans pareil...'

Dominique Perrier








Hommage en image lors du Concert en 1983 avec le groupe Space et Didier Marouani..


...Quelques infos sur cette tournée :

En juin 1983, la musique de Space étant très connue en Union Soviétique.
Didier Marouani et son groupe 'Space' sont invités par le Ministère de la culture soviétique pour y donner une série de 21 concerts rassemblant plus de 300 000 spectateurs à Moscou dans la salle Olympique, Leningrad et Kiev.

C'est la première fois qu'un artiste français se produit dans des stades aussi grands. Sa tournée est un véritab.

La musique et les concerts frappent l'imagination des spectateurs qui découvrent l'utilisation des lasers en concert pour la première fois et qui vont transmettre à leurs enfants l'amour de la musique de Space et le respect pour son créateur.





LA RENCONTRE avec Claude François…



Parallèlement à l’aventure Space Art, ’Bunny’ devient lors des dernières années du chanteur, le batteur attitré de Claude François qui lui pince systématiquement les fesses avant chaque entrée en scène pour lui donner du courage !

Il accompagnera 'Claude' jusque sa mort, portant le jour des obsèques son cercueil.

Lors du 30 ème Anniversaire de sa mort, 'Bunny' était à fond dans un projet qui consistait pour une soirée, à rejouer par l'intermédiaire d'un Fan Club du chanteur, avec les anciens accompagnateurs du chanteur.
Ce projet n'aboutira pas, si mes souvenirs sont exacts, pour une question de droits.

Il aimait évoquer son périple avec 'Claude' à l'image de ce jour ou je reçois ce @mail en novembre 2006…


’regarde le batteur de gauche avec la batterie blanche !
bunny a +







LA RENCONTRE avec Jean-Michel Jarre…



Pour rappel, Jean-Michel Jarre, Dominique Perrier et ’Bunny’ se rencontrent au studio Ferber lors des séances pour l’album de Christophe ‘Les Paradis Perdus’ en 73 puis ‘Les mots bleus’ en 1974.

Comme le traduit parfaitement Jérôme dans son article de février 2010, ’ Rizzitelli ‘ a aussi l’avantage d’être un batteur qui adore les synthés, peu habituel à l’époque…

C'est donc à Pekin, les 21 et 22 octobre puis à Shanghaï les 26,27 et 29 octobre que 'Bunny', lunettes noires, costard bleu 'Cerruti', se produira lors de la tournée en Chine de Jean-Michel Jarre avec un cumul de 218 000 spectateurs.

La batterie électronique Simmons type SDS-5 (ou SDS-V) orange avec ses ‘ pads’ hexagonaux caractéristiques qui feront les beaux jours des années 80 et de Equinoxe IV lors de ce concert, vient de sortir…


Ce concert en présence également de l'orchestre du Conservatoire de Pekin, sera l'objet de plusieurs anecdotes...

Celle de la rencontre au cours de la visite d'une usine, entre ’Bunny’ et un Ministre Chinois.
Ce dernier qui l’accompagne lui demande un commentaire.
’Bunny’ malgré le contexte politique de l'époque, demande à faire traduire que ’ si un inspecteur du travail passe, il va fermer l’usine ‘, ce à quoi le ministre répondra :
’Ces Français ont beaucoup d’humour...'

C'est également au cours de cette tournée que le pseudo 'Bunny' ne le quittera plus...

Et puis souvenir du 1er concert à Pékin, qui connaît un gros problème technique en raison de coupure récurrente d'alimentation.
’Bunny’ qui monte le premier sur scène réalise d'abord qu’il n’a pas de retours et ne peut entendre le direct dans cet espace équivalent à 4 stades !



Puis au cours du Concert, les séquenceurs tombent en rade ainsi que sa batterie électronique qui ne fonctionne plus.

Pendant que Jean-Michel Jarre, Dominique Perrier et Frédéric Rousseau malgré toutes les prouesses de René Ameline au son, rejouent le concert en direct intégral, 'Bunny' ne se démonte pas et tapera comme un sourd pour que le Public entende. Un exploit jamais égalé.

Dominique Perrier dira plus tard :

’Il frappait avec une telle rage, à cause de cette panne de courant, que le son était magnifique.'



Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

'Novateur & visionnaire dans tes sons, précusseur dans le style
& l'occasion de te percevoir en fin du clip...



DE TRES NOMBREUX ACCOMPAGNEMENTS EN STUDIO & EN CONCERT …




Combien de récits, d’anecdotes, de rires…

Souvenirs combien de fois comptés, évoquant tour à tour Gérard Manset sur les albums ’L’atelier du crabe (1981), ’ Comme un guerrier ‘ en 1982 ou ’ Lumières’ en 1984.

Ceux avec Mort Shuman à l’occasion du film 'A nous les petites anglaises ou de Dick Rivers pour le titre ’Rock’n roll star’ en 1974.

Cette aventure aussi, au cours de l’enregistrement par Françoise Hardy de ’Message Personnel’ en présence d’un orchestre symphonique.
Bunny se trouvant dans le studio à côté, est invité a remplacer au ‘pied levé’ le batteur absent…

Puis plus tard ce sera avec Thierry Matioszek pour Rainy night in Clichy en 1979.

Ce sera aussi de nombreuses participation en Studio avec Bernard Lavilliers, Jean-Patrick Capdevielle, Saint Preux, The Stray Cats, Michel Berger, Armande Altaï, Nicoletta, Hervé Christiani, Nicolas Peyrac, Françoise Hardy, Catherine Lara, Jean-Jaques Goldman…

'Avec un kit de batterie ici en présence de William Sheller qui luis sera plus tard volé...'


Ou en Concerts avec Lou Bennet, Bill Coleman, Véronique Sanson, William Sheller, Mort Schuman, George Zamfir…

'Lors de l'Olympia 2002 avec Christophe' avec...



Ce très beau souvenir que tu nous laisse en vidéo
En cliquant Ici...
tiré de la vidéo ci-dessous






Et ce son qui t'allait si bien...



2005, LE RETOUR AU BAL …




C'est donc suite, comme nous le citions au début de cet hommage, à l’annonce que nous avait fait parvenir ’Bunny’ sur 'Orchestres.net' puis, aux contacts qui débouchèrent, que se dessineront les nombreuses rencontres Musicales lors des 5 dernières années de sa vie.

Il est clair, comme le rappellera Gilles Pellegrini ce 7 mai, jour de ses obsèques que sa place n'était pas dans le Bal car 'Bunny' était fait pour accompagner les Stars et surtout un grand Musicien de Studio.

Mais 'Bunny' avait besoin au sens propre et figuré de jouer, pardon de 'Tricoter'.
A notre façon nous l'aiderons du mieux possible.

Combien d'heures passées au téléphone autour de confidences ou instants de vie !
J'ai encore en mémoire cette voix et son accent particulier lorsqu'il m'annonçait un nouveau projet ou me faire écouter une nouvelle maquette.
Cette fois, c'était la bonne !

Il entre alors en 2006, avec son 'pot' le bassiste Patrick Montoya dans l’orchestre de Pascal Guillet, Cadillac faisant régulièrement les trajets entre Valence et Daux dans la Haute-Garonne au point que Pascal installe pour Bunny dans son jardin un Mobil Home (qu'il a conservé depuis !) afin de réduire les déplacements et la fatigue.

'Bunny' décide alors après quelques escales chez l'ami 'Lolo Pellegrini' de s'installer avec Sylvie son épouse avec qui il partagera 31 ans de vie commune, de venir s'installer à Montpellier, afin d'être plus proche de l'activité du Bal.

Plusieurs fois avant l'entame de la saison, je pousse 'Bunny' à proposer ’Onyx’ en indicatif de l’orchestre.
Fort en gueule mais Grand timide lorsque il s’agissait de parler de lui, ’Bunny’ n'osait pas.
Mais Pascal sera exhausser ce souhait.

Je garderais toujours ce souvenir de juillet 2006 ou aux premières notes d’introduction du thème.
Oui, ’Onyx‘ en ouverture, c’était magique !

Dès les 1ères mesures le public semblait attiré vers la scène.

L'association Serge Forni, Frédéric Romero aux Claviers et Bunny, créateur de ce morceau à la batterie avait pour résultat dès la fin du morceau, de soulever les applaudissements d’un Public qui en aucun moment de la soirée ne sera que derrière la batterie ce cachait un tel phénomène !
C’était aussi ça ’Bunny’

Merci à Pascal Guillet en tout cas, pour ce moment de scène touchant.





Quelques mots de Pascal Guillet ce jeudi 6 mai...


’ L’émotion lié à son départ, le personnage et son histoire, ainsi que les souvenirs partagés se bousculent dans mon cerveau et m’affectent au point d’avoir du mal à écrire (et à travailler) depuis avant-hier.
Comment retranscrire ce que j’ai ressenti ?

Lors de notre première rencontre à la gare de Béziers nous avons posé clairement les bases de ce que fut notre collaboration et notre relation.
Sur le chemin du retour, j’étais loin d’imaginer que nous pourrions nous lier d’amitié un jour.
Par contre je savais que je venais de rencontrer un personnage hors du commun.

Au sein de Cadillac il a illuminé par sa personnalité, son charisme ce que fut la dernière saison de l’orchestre.
Ayant décidé de changer de voie professionnelle, c’est un dès seul musicien avec qui je suis resté en contact.
Par la suite nous avons partagés de nombreux moments à Toulouse ou Montpellier autour d’un bocal de ‘ pâté ‘ ou d’un plat de pâte.
C’était un garçon entier, sincère, fidèle en amitié et généreux.
Un Artiste à part entière doué d’un sens inné de la musique.
Un Artiste doué d’un talent énorme, passionné et ‘ bosseur ‘ ce qui lui a permis de réaliser un parcourt exceptionnel au service des plus grands.

Ce n’est pas pour autant qu’il avait ‘ la grosse tête’.

Généreux, humain et ultra sensible il donnait de ton temps pour servir au ‘ Restau du Cœur ‘ dans son quartier.

Il est des rencontres qui marquent la vie d’un homme, qui vous enrichissent et laisse une trace indélébile dans votre mémoire.
C’est vrai qu’entre ‘ autodidacte’ on se comprenais.
Je suis riche d’avoir eu la chance de rencontrer un jour le grand Bunny.

Ton rire et ton verbe nous manqueront.
Ton choix de nous quitter brutalement nous attriste et nous brise le cœur mais puisque c’est ton choix,
RESPECT L’ARTISTE.

Pascal Guillet




Juste cette petite parenthèse à propos de ce titre 'Onyx'...
C’est fin 2006, que Bunny me téléphonera à plusieurs reprises avec cette explosion de joie verbale qu'on lui connaît, tant le nouveau projet devenait le casse du siècle !

Mais celui là avait une saveur toute particulière car il s’agissait, de la création d’une nouvelle version du titre ’Onyx’.

Régulièrement, je recevais donc les maquettes accompagné dans l'heure qui suivait d'un coup de fil pour partager ses impressions.

Des instants qui lui permettait d’évoquer aussi tous ceux qu’ils appréciaient depuis son retour dans le bal.
De nouvelles Amitiés Musicales et surtout hurmaines avec dans ce projet autour de ’Onyx’, des noms qu'ils me citaient régulièrement tel que Frédéric Romero, Lilian Quitanilla de Cadillac ou Jean-François Sekail (California) sans oublier ces 'pots' dont 2 personnes dont le nom me revenait régulièrement à l’oreille :
Alain Pype et René Ameline.

Que ces 2 personnes sachent combien ’Bunny’ les adoraient !

Le projet de masterisation du CD éponyme Space Art prenait forme, autour de 2 nouveaux titres dont cette nouvelle version de ’Onyx’.
J'écoutais les diverses versions et j'accumulais les maquettes avec chaque fois ce message :

’NO MIX NO FEEL’


… Suivi de l’éternel coup de fil, avec cette voix envoûtante, débutant par :

’Putain écoutes moi ça comme ça sonne !’

Et oui ça sonnait à l'image de cette version II, de mars 2007 devant être enregistrée aux studios Ferber à Paris et mixée à 'Trident' à Londres…




Puis ce fût au tour de Thierry Bertrand de lui accorder sa confiance, intégrant l’orchesstre Feeling dans les Pyrénées Orientales.






Quelques mots de Thierry Bertrand & Sandrine Maupetit ce mardi 4 mai…


J'espère qu'il tape un méga boeuf là-haut maintenant et qu'il prend son pied ...
Mais c'est vrai que ce soir je ne suis vraiment pas à la fête...
On a perdu un être rare !!!

Quand on faisait le matos, en fin de soirée, il était comme nous tous, un peu fatigué, et quand ça 'ramait' dans le chargement du camion, et qu'il lui tardait d'aller se coucher, il 'titillait' les gars, en leur lançant de sa grosse voix style militaire de la légion étrangère, un 'APRES !!!'.... pour savoir ce qu'il fallait amener au pied du camion....

Ca nous faisait marrer, c'était vraiment comique, sauf pour ceux qui transpiraient au fond du camion....
Mais il était ravi de nous faire marrer.

Depuis, souvent Sandrine et moi, on reprend son expression forte et musclée 'APRES !!!', quand on fini quelque chose, et qu'il faut attaquer sur autre chose...
ça va nous rester !

il va nous manquer , c'est sûr !
Il était vraiment unique...

Thierry

Je voulais joindre ma voix et mon coeur pour lui rendre hommage...
Il a été notre batteur mais surtout notre ami et ce soir malheureusement il ne nous fait pas rire....
Alors merci à vous pour votre article.


Sandrine Maupetit




Et lorsque ’Bunny’ se déplacer dans les bals, le rencontrer devenait presque un virus tant il était attachant.

Ce sera le cas pour le responsable chargé des Orchestres à Cavaillon dans le Vaucluse lors d'une prestation...

Article du Comité en l’honneur du passage de Bunny !



Quelques mots de René Meynard ce mercredi 5 mai...
(Responsable des Orchestres pour le Comité de Cavaillon)


C'est par Orchestres.net que j'ai appris le deuil qui vous atteint.
Mes pensées vont tout d'abord à son épouse et ses enfants et toute sa famille

Il me touche également car le jeudi 17 mai 2007, entouré de l'orchestre Feeling qu'il avait rejoint, il est passé par notre fête de Cavaillon et nous avions alors apprécié sa grande simplicité et ses qualités de batteur de renom et d'exception.

Je me rappelle aussi de l'article que nous avions fait paraître alors en 2007.
Un de ses fans disait de lui :

'Je vois que tu n'as pas choppé la grippe aviaire, je te confirme que tu n'as pas le mollet d'un poulet, ça tape !
Du beau son comme on aime et toujours un monstre au niveau du rythme !


Et dire que Bunny a arrêté de tricoter comme tu le faisais remarquer dans ton article!

c'est avec ces quelques mots que je me permets d'exprimer ici mes sentiments de sympathie a toute sa famille musicale,

Bien sincèrement à vous tous.

René Meynard







Et pourtant, son expérience dans le Bal n’aura pas été toujours optimale.
Souvent nous l'évoquions ensemble.

Un CV qui faisait peur, un égo parfois énorme, de nombreux Mandataires furent, à tord, parfois effrayé par sa gouaille loin pourtant d'être moqueuse, sorte peut-être de protection.
Car ’Bunny’ était quelqu'un de parole.

Le projet des autres devenait le sien avec tous ces souvenirs ou il me téléphonait pour simplement me dire :

’Tu vas voir, sur la grosse caisse je vais mettre leur nom en gros, ça va le faire ! Il le mérite, ce serait cool de les bichonner…’


Et il le faisait…




Lors de ces 2 dernières saisons, sa fougue était toujours aussi présente, mais je ressentais son ‘blase’ à l'égard d'une profession qui lui tournait le dos.

Les dernières auditions auront été une sacrée remise en cause, cherchant à comprendre ce qui n’avait pas marché avec une hantise : ’Est-ce que c’est à cause de l’âge !

Dans un métier ou les choses ne se disent pas ouvertement, ’Bunny’ hélas n’aura jamais su pourquoi il n’a pu refaire une nouvelle saison estivale de plus.

Ces dernières annonces au ton provocateur dévoilait parfois son amertume :

’citoyen du 34 bien français malgré son blase, jouant de la batterie – dispo immediatement .aimerait tricoter avec groupe ou orchestre ayant bon esprit et bon ing. son . nombre de concert sans importance & remplacement bien venu.’


Oui. Jouer de nouveau dans un orchestre, il en crevait d’envie.

Alors Merci du fond du cœur à ceux qui lui ont fait un jour confiance.

’Bunny’ faisait parti de ces gens vrais, n’ayant pas peur de dire haut ce qu’il pensait, n’ayant pas peur de stopper une répet parce que le grateux 'foiré' un passage, se positionnant certes peut-être parfois à la place du Mandataire, mais avec toujours cette Passion et son goût du bon Tempo.

Combien de fois me refaisait-il la répétition au téléphone !

C’était ça Bunny, un personnage entier, dévoué totalement à ce qu’il faisait, investissant tout projet à part entière au détriment parfois de lui-même.
Quoiqu’il en soit, je savais une chose. On le changerait pas !

Et puis cette envie de toujours avancer.
Il voulait briller à l'image de ce récit il y a 1an 1/2 ou depuis quelques temps il me bassinait avec son souhait d'être après avoir été autodidacte, Lecteur !
Il avalera en 4 mouvements cette fois la méthode Agostini et se trouve vite prêt à passer l'examen...
Seulement ce jour là 'Bunny' n'y est pas, pensant simplement que c'était la semaine suivante.
'Bunny' était un homme libre.
C'est chez lui que les examinateurs viendront valider sa formation...

Oui, Merci du fond du cœur à ceux qui nous ont fait confiance et lui ont ouvert la porte.
Je pense malgré les tensions à Patrice Alonzo pour l’orchestre ’O.P.A’, je pense à Alain Dany pour l’orchestre ’Solaris’


Quelques mots de Patrice Alonzo ce jeudi 6 mai...


C'est avec le coeur pinçé, que j'ai assisté hier soir au sacre de l'OM .
Malheureusement ma tête ne faisait que pensée à Bunny et à la peine que ressent sa famille, d'ailleurs cette pensée ne me quitte plus.

Avec le tir du feu d'artifice sur le stade vélodrome, j'ai fermé les yeux et je savais que tu le voyais de chez toi Christian, et j'ai rendu un adieux partager avec toi de cet homme, musicien, certes avec un caractère impulsif mais au combien tendre.

Adieux Bunny et continue la haut à tricoter et défoncer cette batterie.'


Patrice Alonzo





Quelques mots de Alain Dany ce mardi 4 mai...


Je suis sous le choc depuis cet après-midi et je n'arrive pas à réaliser que c'est vrai, on s'est eu au téléphone il y a tout juste trois jours.
Je l'entend encore me dire ‘ Alain fais moi tricoter’, tricoter pour lui voulant dire jouer avec moi.

Nous avons évoqué le projet de son retour chez Solaris en tant que percussionniste pour l'enregistrement du nouvel album de Doushka qui reprend les chansons de son père, Giani Esposito et dans lequel il était d'accord et content d'y participer ...

Je ne comprends pas..
A sa voix tout roulait!!!
Je n'ai rien soupçonné.

Aujourd'hui je perds un ami mais aussi quelqu'un qui m'a fait rêver de ce métier comme d'autres comme Claude François ou encore Gilles Pellegrini.

Bunny est un grand, je suis très triste.


Alain Dany Esposito




Je pense aussi à toutes ses rencontres occasionnelles avec toujours cette envie de faire plaisir à l'image de ces clichés qu'il m'envoyait régulièrement avec des commentaires bien à lui !

'voici une photo de ma section de cuivres préférée 'quelle rigolade'. J'aimerai assez qu'ils se voient en photos sur le site dans la rubrique les concernant ils seraient tellement heureux...'


Nicolas Ournac, le chef enfin dans mon esprit 'requiiiiinnnnn avé l'accent..'
Jean-Claude Alquier,un mec super de chez super (comme les autres d'ailleurs)
Francis Georges, un pince sans rire amateur de belles choses !


Et puis ce témoignage d'une personne que 'Bunny' appréciait énormément, l'ayant rencontré à l'occasion d'une audition.
Il s'agit de Carlos, chanteur dans l'orchestre 'Abraxas'.


Quelques mots de Carlos Cortés ce mercredi 5 mai...


Je suis abasourdi à l'annonce du décès de Bunny, mes pensées vont bien sûr à ses proches.
J'ai rencontré Bunny lors d'une audition et j'ai très vite sympathisé avec lui, notre amour de la musique et une passion commune pour des artistes avec lesquels il avait joué a instauré une complicité quasi-immédiate entre nous.

Je suis allé chez lui, nous avons longuement parlé, beaucoup de personnes se surestiment dans la musique, lui était quelqu'un de très simple, d'humain, d'abordable.

J'ai très vite senti qu'il y avait une flamme intacte chez lui, un désir vivace de jouer, de vivre sa passion.
Depuis il ne manquait pas une occasion de me donner de ses nouvelles, ses amis confirmeront très probablement sa fidélité, son intégrité et sa gentillesse,son dernier message datait du 28 février...

J'aurais vraiment souhaité qu'il puisse encore aller au bout de sa passion,s'investir dans d'autres projets musicaux, le destin en a décidé autrement.

Bunny est quelqu'un dont je me souviendrai, je lui resterai fidèle dans mes pensées,autant que lui savait l'être.


Carlos Cortés




DE INDIANA, A CAMILLE DEL SOL EN PASSANT PAR I COMME ALICE
JUSQU'A PERSEO …



Toujours à la quête de petites trouvailles, un autre aspect de ce visionnaire qu'était 'Bunny' : la Prod.

C'est ainsi que j'ai découvert une multitude de projets et d'Artistes à l'image de Jennifer Kay (la fille de Gilbert Bécaud), l'occasion de retrouver son groove sur 'Over Joyed' enregistré au Studio Hocco à Vitry sur Seine avec en prime l'orgue hammonde de Dominique Perrier...

Je me souviens de ton appel tout fier de m'annoncer que tu vendais ta magnifique ’DW’ pour faire venir des USA une nouvelle batterie dont la caisse claire 13/6 acier et bois faisait … 23 kg !




Il y aura aussi ceci...

Le Label Emil Gryssone avec un percussionniste Cubain et un batteur Brésilien saupoudrez de quelques cordes et arrangements de Dominique Perrier, une pincée de basse avec l’un des musiciens de Gérard De Palmas.
Tu avais laissé ensuite Véronica Ferraro, ingénieur du son au studio Dakini à Paris, mixer cela…
C'était la recette du 'Chouchou' avec ta magnifique DW...




ou bien encore tout récemment Camille Del Sol pour un groupe habitué des premières parties de Arthur H, Charlélie Couture ou de Olivia Ruiz et un 3ème album, avec autour de Camille Gillet, la basse de Gilles Marco et le violoncelle de Marie Gisclard, le feeling de Vincent Lagalie à la guitare qui entraient en parfaite harmonie avec la nouvelle batterie 'DW' de Mister Rizzitelli...





Avec le plaisir d'entendre ton son,
et en fin de séquence
ce Rire et cette Voix qui vont nous manquer...



Sans oublier le Trio de Compos IcommeAlice de Michaël Gonzalez



Quelques mots de Michaël Gonzalez ce mercredi 5 mai...


' J’ai connu Bunny en juillet 2008 lorsqu’il a rejoint mon trio de compos icommeAlice.
On répétait à Victoire 2 à Montpellier et on a joué ensemble jusqu’en octobre 2009.

On a enregistré 3 titres à 'V2' que l’on a ensuite mixés à Ferber à Paris.
Un grand moment...
2 jours à Paris dans le studio où Bunny a travaillé des années !

Bien qu’on ne soit pas de la même génération, je suis née en 1972, on s’entendait bien car je suis aussi originaire de Grenoble.
Donc on en parlait souvent. Je suis allé souvent chez lui pour manger, écouter de la musique et discuter. Je suis vraiment triste et abasourdi…'


Michaël Gonzalez







Le plaisir de vous faire partager enfin ce tout récent document sonore.

Il s’agit du titre ’Minor Waltz’ du groupe Perséo composé de Emma Sempere & Raphaël Donadieu, réenregistré et mixé par Bunny au Studio Davout à Paris avec ses potes Pascal Arroyo (bassiste de Bernard Lavilliers, Yves Simon...) et Pierre Chereze (guitariste de Khaled de 96 à 2000, Album 'marche à l'ombre' de Renaud, Alertez les Bébés de Higelin et bien sûr Gérard Manset)…







Un Studio que Bunny retrouvait très souvent ces derniers temps, à l'image de cette photo prise le 28 avril ici dans le cadre d'un autre projet avec David Vernice et Pascal Arroyo...





Quelques mots de David Vernice ce dimanche 20 juin...


' Bunny qui m'a découvert, était co producteur avec moi sur ce projet Norma Jean Baker, une chanson que nous avons mixé le 28 avril au studio 'Davout' à paris.

On le retrouve d'ailleurs dans les programmation batterie, au côté de Pascal Arroyo à la basse, Jef Sénégas aux claviers et Alain Lasseube en guitare solo.

Bunny était un type génial, toujours la pêche…
En studio il avait une oreille redoutable.
Un grand professionnel avec de grandes idées, je garde une très belle image de lui… '


David Vernice




'Norma Jean Baker' à découvrir Ici...




EN CONCLUSION…



Bien sûr nous aurions pu évoquer toutes les galères rencontrées sur son chemin, revenir sur les périodes de doutes, sa période en tant que livreur, les mésaventures de son restaurant 'Succès Fou...', son terrain avec sa petite église, ses voitures, ses excès aussi comme son impulsivité, ses nombreuses angoisses se faisant sans cesse du soucis ou son côté hyper sensible lorsqu'il pleurait parfois comme le jour du décès de Bashung, mais 'Bunny', l'Homme, le Père & le Musicien mérite simplement le Respect.

Si cet Article, douloureux à écrire, permet simplement un jour de lui donner une place dans la mémoire collective pour les années à venir, nous aurons tout simplement remplis notre rôle...

'Le Roi est mort...
Vive le Roi !


Nous comptons sur toi Tommy pour prendre la relève de cet immense Musicien qui aura su apporter son style.



Joyeuses Pâques Bunny !!!
Christian & Jacques


Et puis nous laisserons le dernier mot au bassiste Patrick Montoya.
De l'orchestre Les Diam's dans les années 94 au Trio Blues Rock en passant par le retour sur les routes du Sud ou avec sa basse et avec ta batterie vous formiez le couple musical des inséparables !
Combien de galères, combien de scènes partagées et combien d'heure sur les routes pendant 15 ans !



Quelques mots de Patrick Montoya ce jeudi 6 mai...


' Bunny était quelqu'un d'exceptionnel.
Nous avons partagé nos vies respectives humainement et musicalement pendant plus de 15 ans.

Parfois déroutant et imposant pour ceux qui ne le connaissaient pas vraiment mais toujours sincère,fidèle, de bon conseil, toujours pret à rendre service dans les moments difficiles de la vie.

Compositeur, créateur, visionnaire il avait le gout des belles choses.

Entier, de bonne humeur, généreux, en résumé quelqu'un de vraiment bien.

Je suis fier d'avoir été son Ami toutes ces années,
c'était un grand Monsieur et un grand Batteur.

Salut Bunny,
tu vas laisser un grand vide...

Patrick Montoya



'Vasco, alias 'Pépé' ou 'Le Pépé à Bunny'


'Ta GR Granite'


'Un de tes délires ! : elle est superbe... et elle sonne mortel..... A + bunny'


'Décembre 2009...'


'Salut ma biche !'



Quelques témoignages...


'Que dire de Bunny, sinon qu'il était un personnage attachant et atypique.
Je ne connais pas les évènements qui l'ont conduit à disparaître prématurément, mais je garderai de lui une bonne dizaine de paires de baguettes de ses prestations et un sourire masquant sa fragilité.
Merci Bunny d'avoir croisé ton chemin, et te souhaite bien meilleur dans l'autre monde.


Serge de Forni
Ex chanteur de l'orchestre Cadillac


’ Je viens d'apprendre la disparition de Bunny.
Serrement de cœur et pensées affectueuses à sa famille.
Je ne le connaissais pas directement mais, par ‘Orchestres.net’, il avait appelé Tom Evers , sosie de Claude François, qui lui avait exposé ses projets de tournée avec nous en 2011 et ses inquiétudes quand à la possibilité, par la Prod, de remplacer mon équipe par des musiciens parisiens, voire ex de CloClo !
Tom m'a rapporté les paroles de Bunny comme quoi, pour cette tournée, il engageait Tom à se battre pour garder les Anges Blancs, équipe constituée, avec un programme déjà travaillé et rôdé !
Comme quoi, sans le connaître, il a interféré dans ma vie, mes projets, sous forme de conseils avisés et qui sait si Tom n'avait pas prévu de l'inviter en ‘guest star’, ça ne m'aurait pas étonné !
J’ai pris la peine de lire cet article jusqu'au bout.....merci pour lui !


Bernard Hames Mandataire de l’orchestre les Anges Blancs.


' Malgré la courte collaboration, j'en garde une excellente impression, un très bon contact.
Un personnage entier, attachant, avec des Valeurs.

Cédric Choël
Clavier de l'orchestre Solaris & Modérateur du Forum 'Orchestres.net'





Pour info : cet article continuera d'être alimenté par vos contributions à nous faire parvenir à l'adresse : christian@orchestres.net
Merci d'avance...

Retour page précédente retour